Une ouette (ou oie) d’Égypte à la Réunion

<p>
	Ouette d&#39;&Eacute;gypte (Alopochen aegyptiaca) dans le mar&eacute;cage pr&egrave;s de la Chauss&eacute;e Royale</p>
L’ornithologie à la Réunion, c’est observer quelques oiseaux endémiques qui ont survécu à la colonisation humaine et chercher des migrateurs plus ou moins rares qui visitent l’Ile de la Réunion.

Un visiteur rare et récent

L’ouette d’Égypte est un visiteur rare et récent. La seule observation connue date de décembre 2013 où un oiseau avait stationné quelques temps dans le Sud-Ouest de la Réunion.

Les amis naturalistes Viviane Heutte et Joël Dupont ont repéré un autre oiseau fin janvier puis le 16 février à St-Paul. Et leurs indications ont été si précises que je n’ai eu qu’à tourner la tête en garant la voiture pour voir cette rareté.  Merci ! 🙂

<p>
	Ouette d&#39;&Eacute;gypte (Alopochen aegyptiaca) dans le mar&eacute;cage pr&egrave;s de la Chauss&eacute;e Royale</p>

Un oiseau d’eau

L’ouette (ou oie) d’Égypte (Alopochen aegyptiaca) est un gros oiseau appartenant à la même famille des Anatidés que les oies dont il est proche.

C’est un oiseau qui vit près de l’eau douce où il peut nager et se nourrir.

Relativement farouche, l’oiseau s’est laissé photographier mais toujours à bonne distance et il ne reprenait son activité de nourrissage que quand le photographe se faisait oublier (immobile et camouflé).

D’où vient-il ?

Très commun en Afrique, l’ouette est en expansion et colonise même quelques territoires en Europe.

Plus près de nous, l’Ile Maurice abrite « une petite population croissante qui se reproduit en liberté sur l’Ouest de l’île. Cette population provient d’individus échappés du parc zoologique Casela, qui les avait lui-même introduits à Maurice. La Mauritius Wildlife Fundation (MWF) estime plausible que l’individu observé à La Réunion soit originaire de Maurice, les vents dominants aidant. » (information SEOR – MWF)

<p>
	Ouette d&#39;&Eacute;gypte (Alopochen aegyptiaca) dans le mar&eacute;cage pr&egrave;s de la Chauss&eacute;e Royale</p>

Aurait-on retrouvé l’oie de Kervazo !?

Il faut noter que la Réunion a abrité une oie endémique, l’oie de Kervazo (Alopochen kervazoi), en réalité également une ouette, qui semblait être une évolution endémique de l’oie d’Égypte.

Mais hélas l’oie de Kervazo a été l’une des premières et nombreuses espèces réunionnaises à disparaitre après seulement 30 ans de colonisation humaine et de chasse…

Les zones humides à la Réunion…

La Réunion est une ile, mais c’est avant tout une montagne, protégée par un précieux Parc National, qui veille sur sa biodiversité.

A contrario les zones humides littorales à la Réunion sont plutôt délaissées. Les trois étangs littoraux (St-Paul, Bois Rouge à St-André, Le Gol à St-Louis) n’ont presque plus de flore indigène, étouffée par les plantes envahissantes. Les déchets y sont régulièrement communs même si une amélioration est notée depuis quelques années.

Lueur d’espoir avec la réserve naturelle de l’Etang St-Paul dont le personnel assure entretien et protection. D’ailleurs n’hésitez pas à participer à une animation nature, vous apprendrez beaucoup sur cet écosystème souvent méconnu.

L’ouïe de l’oie ?

Après avoir bien observé et photographié l’oie, en triant les photos, et en passant à cet article que je devais écrire, il me revenait une phrase : l’ouïe de l’oie !

  • Oyez, ois ! une ouette t’attend à l’étang !
  • La verrai-je ? l’ouïrai-je ?
    Ainsi par oui-dire, c’est peu dire, accours-je.
  • L’ouïs-je ? quoi ?
  • Qu’ouïs-je ? l’oie !
  • Vois-tu l’oie au bas du bois qui bois sans toi ?
  • J’ois et vois l’oie qui bois au bas du bois sans loi !
  • Joie ! jouis-je ? Oui !

Pâle imitation du génial et regretté Raymond Devos…

<p>
	Ouette d&#39;&Eacute;gypte (Alopochen aegyptiaca) dans le mar&eacute;cage pr&egrave;s de la Chauss&eacute;e Royale</p>

Alors en passant près d’une des zones humides, ouvrez l’œil et… l’ouïe ! 🙂

Sources :

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *