De quelle couleur est l’oiseau blanc ?

<p>
	Zosterops borbonicus - forme d&#39;altitude grise</p>
Si vous avez répondu « blanc », vous avez perdu ! mais quand même gagné… le droit de lire la suite ! où le plus commun de nos oiseaux indigènes à la Réunion se dévoile un peu.

La LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux), http://www.lpo.fr/, association nationale, édite une revue trimestrielle, l’Oiseau Magazine. Dans son numéro 113 – Hiver (d’Europe !) 2013, dont le sommaire est disponible sur la page http://www.lpo.fr/oiseau-magazine/loiseau-magazine-n113, figure un article Comment naissent de nouvelles espèces ? qui est largement basé sur le processus d’évolution de l’oiseau blanc Zosterops borbonicus, endémique de la Réunion !

En effet, nos oiseaux blancs présentent de fortes variations de taille et surtout de couleurs qui ne sont pas aléatoires. Elles dépendent de la position géographique à la Réunion et sont le résultat actuel d’un processus d’évolution de l’espèce.

Un oiseau commun…

Ce petit passereau insectivore et nectarivore, toujours en mouvement, est très commun, partout à la Réunion. C’est d’ailleurs le seul passereau indigène couramment présent hors de la forêt primaire, ce qui témoigne d’une rare capacité d’adaptation.

Plus de renseignements sur le site de la SEOR : http://www.seor.fr/fiche_oiseau.php?id=4

mais original !

Les Zosterops sont couramment appelés « oiseaux-lunettes » à cause d’un cercle de plumes claires autour de l’oeil, ce qui n’est pas le cas de notre endémique Zosterops borbonicus qui a perdu ce cercle au cours de l’évolution !

En créole, on l’appelle « oiseau blanc ». C’est sa petite tache blanche au croupion qui lui a valu ce nom alors qu’il est plutôt gris ou brun !

Enfin, on trouve encore parfois son ancien nom scientifique Zosterops borbonica

Un peu d’histoire ornithologique…

Les variations de couleur ont d’abord été étudiées à la fin du XIXème sièce par l’allemand Hartlaub, dans Die Voegel Madagascars und der benachbarten Inselgruppen, puis par l’anglais Gadow, dans Catalogue of the birds in the British Museum, qui avait alors décrit 4 sous-espèces de Zosterops borbonicus.

Ces études ont ensuite été reprises par les ornithologues américains R.W. Storer et F.B. Gill, en particulier dans la publication Ecology and Evolution of the Sympatric Mascarene White-Eyes, Zosterops Borbonica and Zosterops Olivacea parue en 1971, disponible (en anglais) sur https://sora.unm.edu/node/22070.

Récemment, avec les techniques modernes, l’équipe internationale Borja Milá, Ben H. Warren, Philipp Heeb et Cristophe Thébaud dans The geographic scale of diversification on islands: genetic and morphological divergence at a very small spatial scale in the Mascarene grey white-eye (Aves: Zosterops borbonicus), disponible sur http://www.biomedcentral.com/1471-2148/10/158 a montré que l’oiseau-lunettes de la Réunion Zosterops borbonicus et l’oiseau-lunettes de l’Ile Maurice Zosterops mauritianus étaient bien deux espèces distinctes, chacune endémique de son île.

Dernièrement, les variations de notre Zosterops borbonicus ont été mieux étudiées, en particulier par Joris Bertrand, Boris Delahaie, Yann Bourgeois et Christophe Thébaud dont on peut trouver les travaux sur internet, en particulier dans Investigating the Role of the Melanocortin-1 Receptor Gene in an Extreme Case of Microgeographical Variation in the Pattern of Melanin-Based Plumage Pigmentation, disponible sur cette page http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0050906 et, mieux encore, dans l’article de l’Oiseau Magazine, qui présente les dernières études des chercheurs.
A noter, les photos sont signées des auteurs et d’ornithologues de la Réunion, dont l’ami Yabalex, http://faune-reunion.com/blog/.

Les différentes formes…

Forme brune à nuque brune

présente dans les bas du Sud
Le devant de la tête reste gris.

<p>
	Zosterops borbonicus - forme brune &agrave; nuque brune</p>

Forme brune à tête brune

présente dans les bas de l’Ouest

<p>
	Zosterops borbonica - forme brune &agrave; t&ecirc;te brune</p>

Forme brune à tête grise

présente dans les bas du Nord et de l’Est
Note : le modèle présenté avait abusé de nectar – maquillage jaune au-dessus du bec ! 😛

<p>
	Zosterops borbonicus - forme brune &agrave; t&ecirc;te grise</p>

Forme d’altitude allant du brun au gris

présente au centre de l’Ile de la Réunion

<p>
	Zosterops borbonicus - forme d&#39;altitude brune</p>
<p>
	Zosterops borbonicus - forme d&#39;altitude grise</p>

Alors maintenant, amis ornithos de la Réunion, lors de vos fréquentes rencontres avec not’ z’oiseau blanc, ouvrez l’œil et essayez de reconnaitre à quelle forme il appartient ! 🙂

La répartition géographique

Une carte récente se trouve dans l’article de l’Oiseau Magazine n°113. A défaut, une carte à peine plus ancienne mais ne distinguant pas les formes brunes d’altitude, est visible sur cette page : http://www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info:doi/10.1371/journal.pone.0050906.g001&representation=PNG_I

Bibliographie

Oiseau blanc, article de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oiseau_blanc

Oiseaux de la Réunion par Armand Barau, Nicolas Barré et Christian Jouanin, livre de tout ornitho à la Réunion !

L’Oiseau Magazine n° 113, revue trimestrielle de tout ornitho français ! et qui aborde maintenant l’actualité ornithologique des DOM-COM.

Le site de la SEOR : http://www.seor.fr/fiche_oiseau.php?id=4

La galerie contenant ces photos : http://laneb.re/photos/albums

3 commentaires

  1. Au nom de toute l’équipe, félicitations pour ce travail de vulgarisation et ce bel hommage au « zoizo blanc” 🙂

  2. Ping :L’arbre aux oiseaux – La Nature Est Belle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *